Visitez en ligne l’exposition « Souvenirs de grands voyageurs domfrontais »

Vue large de l’exposition « Souvenirs de trois grands voyageurs domfrontais », présentée dans le cadre des Carnets du patrimoine, en juin et juillet 2021, à l’ancien tribunal de Domfront en Poiraie.

Des objets insolites conservés par la Ville de Domfront en Poiraie

Créé en 1935, et installé dans la salle des mariages de l’Hôtel de Ville, le petit musée de Domfront porte le nom de son principal donateur : Charles Léandre. Né en 1862 à Champsecret et décédé à Montmartre en 1934. Prix de Rome de peinture en 1889, il fut peintre, pastelliste, dessinateur, lithographe, affichiste et aussi caricaturiste de la société parisienne de l’époque.

A ces tableaux, vont s’ajouter au cours du siècle de nombreux objets, tels des faïences, des meubles mais aussi de nombreux objets insolites, comme un manuscrit tibétain, une statuette égyptienne et un trône annamite, déposés au musée par de nombreux notables domfrontais.

Le Musée Charles-Léandre est également la salle des mariages de la mairie de Domfront en Poiraie. 

Voyagez sur les traces de trois personnages

Auguste Chevalier

Auguste Chevalier (1873-1956) :
un enfant du pays, explorateur
et botaniste

Pierre-Paul Rheinart

Pierre-Paul Rheinart (1840-1902) : un grand officier colonial

Trois grands donateurs du XIXe siècle

En s’interrogeant sur l’origine de ces objets, nous nous sommes intéressés aux personnalités qui les avaient légués. Cette exposition vous propose donc de découvrir les portraits de trois grands donateurs domfrontais qui furent aussi de grands voyageurs, ainsi que les objets qu’ils ont donnés.

Au travers de ces portraits se dessine une certaine image de la France, celle de la France des colonies. L’empire colonial français qui se constitue à partir de la seconde moitié du XIXe siècle est le deuxième plus vaste du monde derrière l’empire colonial britannique. Sous la IIIe République, la France colonise progressivement la majeure partie de l’Afrique Occidentale et Equatoriale, ainsi que l’Indochine.

Cette grande période d’expansion coloniale est aussi propice à l’essor des grandes compagnies maritimes qui proposent des croisières à bord de paquebots mythiques où se côtoient luxe et confort.

Ce sera le cas de la Compagnie française des Messageries Maritimes qui, dès 1862, ouvre la ligne Marseille – Saïgon – Shanghai. A cet attrait pour le voyage s’ajoute le goût de l’aventure et de la recherche. A cette époque, les grandes découvertes étaient souvent le fait de voyageurs chargés de missions.

La Ville de Domfront en Poiraie remercie les Archives départementales de l’Orne et la famille Alasseur qui ont contribué à la création de cette exposition.