accueil
Contact02 33 30 60 60

Fabriquer un piège à frelons asiatiques

Samedi 9 février, 140 personnes ont participé à un atelier animé par Michèle et Gérard Corvée, apiculteurs amateurs, pour apprendre à fabriquer des pièges à frelons asiatiques.

Vous souhaitez accéder à des ressources pour réactiver les savoirs et savoir-faire transmis ? Vous avez manqué cet après-midi dédié à la découverte et à la mise en pratique ? Alors, cet article est fait pour vous !

Ce qu’il faut savoir

– Au printemps les reines fondatrices construisent leur nid, c’est durant cette période de mi-février à fin-avril/mi-mai que la nouvelle colonie de frelons est la plus sensible : il suffit de piéger la reine pour que le nid disparaisse.

– Les nids sont majoritairement accrochés très haut dans les arbres. Cependant, il arrive qu’on en trouve dans les haies ou bâtiments à hauteur d’homme. Ne pas déranger le nid : c’est dangereux, les frelons attaquent en masse.

Astuces pratiques

Pour concevoir un piège à frelons, il faut : deux bouteilles en plastique vides et du petit matériel de découpe.

 

– Percer le bouchon de la bouteille à 9 mm évite aux frelons européens d’être piégés. Surmonter le piège avec un toit fait dans une autre bouteille évite la dilution de l’appât lorsqu’il pleut. Faire des trous de 5 à 6 mm sur les côtés pour que les petits insectes puissent s’échapper et ajouter quelques graviers qui leur éviteront de se noyer.

– Pour l’appât, mélanger de la bière brune, du vin blanc et sirop de grenadine ou cassis. Les frelons vivants sont plus attractifs que des frelons morts dans le piège, évitez de les noyer.

Pour télécharger le document explicatif complet, c’est ici.

Plusieurs ressources complémentaires par l’union apicole ornaise.

En vidéo

De nombreux documents sont disponibles en ligne. N’hésitez pas à effectuer vos propres recherches.

 

 

Détruire un nid : des aides existent

Le conseil départemental prend en charge un tiers du coût de destruction du nid de frelons asiatiques (jusqu’à 50 €) si la municipalité ou l’intercommunalité où se trouve le nid apporte un soutien financier équivalent. Coût global estimatif : 150 €.